plaidoyer aswat nissa

Genre et sécurité

Genre et Securité

En 2018, Aswat Nissa a lancé son département de plaidoyer afin de lutter pour l’intégration de la dimension genre dans les réformes du secteur de la sécurité. Grâce à ce département, Aswat Nissa aspire à impliquer davantage les député(e)s dans les dialogues entourant la réforme du secteur de sécurité en Tunisie. Le département de plaidoyer d’Aswat Nissa repose principalement sur quatre volets :
1. Analyse de l’intégration de l’approche genre dans la législation tunisienne relative au secteur de la sécurité entre 2014 et 2018
2. Suivi de l’application des politiques publiques en lien avec le genre
3. Vidéos de vulgarisation
4. Suivi et évaluation de la prise en compte de l’approche genre au sein de l’Assemblée du peuple.

Analyse de l’intégration de l’approche genre dans la législation tunisienne relative au secteur de la sécurité entre 2014 et 2018.

plaidoyer aswat nissa

Le Département Plaidoyer d’Aswat Nissa, en partenariat avec le DCAF et Kvinna till Kvinna, a préparé une étude sur l’intégration de l’approche genre dans la législation tunisienne relative au secteur de la sécurité entre 2014 et 2018. Cette étude vise à mettre en œuvre en Tunisie la Résolution onusienne 1325 pour les Femmes, la Paix et la Sécurité. 
 
Cette étude se penche sur Les législations adoptées relatives au secteur de la sécurité, les nominations et les lois de finances entre 2014 et 2018  afin de déterminer si elles intègrent adéquatement l’approche genre. Cette étude met l’accent sur l’importance de garantir une égalité réelle entre les femmes, les hommes et toutes les catégories de la société, et ce, sans aucune discrimination. En outre, ce document montre l’importance de l’intégration de l’approche genre au sein de la législation tunisienne et offre des recommandations pour l’amélioration de son intégration par l’État dans le futur.  
 Lien de l’étude:
 
Audition avec les commissions parlementaires :
L’étude a été présentée à deux commissions parlementaires, à savoir la Commission des affaires de la femme, de la famille, de l’enfance, de la jeunesse et des personnes âgées ainsi que la Commission de la sécurité et de la défense. Les députées ont montré un fort intérêt aux recommandations émises, notamment la création d’une Cour constitutionnelle, la création d’un plan national sur le genre, l’augmentation de la représentation des femmes au Parlement et l’implantation de la parité horizontale.
 
Table ronde pour présenter les résultats de l’étude 
plaidoyer table ronde
 
Afin de présenter les résultats et la méthodologie de son étude, Aswat Nissa a organisé une table-ronde le 25 juin 2019. Cette table-ronde a réuni des actrices et acteurs politiques, des membres de la société civile et des expert-e-s en matière de genre et sécurité. En plus de permettre la présentation de l’étude, cette table-ronde a aussi été l’occasion pour les membres de l’auditoire de partager les défis qu’ils estiment font face à l’égalité homme-femme et à l’intégration de l’approche genre en Tunisie. 
 
Suivi l’application des politiques publiques en lien avec le genre  
 
Entre 2018 et 2019, Aswat Nissa a lancé une campagne de suivi de l’application des politiques publiques en lien avec le genre en Tunisie. Malheureusement, la plupart des ministères manquent de transparence dans leurs travaux et diffusent peu d’information en ligne. 
 
Durant plusieurs mois, Aswat Nissa a envoyé 33 demandes d’accès à l’information au Ministère de la femme, de la famille, de l’enfance et des personnes âgées, au Ministère de l’intérieur, au Ministère des affaires sociales, au Ministère de la santé, au Ministère de la justice et au Ministère de l’emploi pour obtenir de l’information sur plusieurs thématiques en lien avec l’application de l’approche genre en Tunisie. Sur les 33 demandes, Aswat Nissa n’a reçu que 16réponses. Parmi ces 23 réponses, certaines étaient incomplètes et d’autres informaient tout simplement Aswat Nissa que les Ministères ne bénéficiaient pas de ces informations. Cela reflète l’absence de la volonté politique d’appliquer certaines lois. Cela montre aussi le non-respect par le gouvernement de la société civile, qui a pourtant le droit de suivre les travaux des Ministères afin de contrôler l’action gouvernementale. 
Suite au manque de réponses de différents ministères, Aswat Nissa a deposé 6 recours devant l’Instance Nationale de l’accés à l’information. Cependant, seulement nous n’avons reçu que 4 réponses de la part de cette instance. 
 
Vidéos de vulgarisation 
Aswat Nissa a réalisé 4 vidéos de vulgarisation de la thématique de l ‘intégration de l’approche genre dans le secteur de la  sécurité. 
La première avait pour sujet l’introduction au concept de genre et à la sécurité en Tunisie

La seconde était autour de la définition de l’approche genre dans l’article 18 de la LOB.

La troisième portait sur la représentativité des femmes dans les postes de décision au sein des différents organes du parlement.

La quatrième avait pour thématique la représentativité des femmes dans les postes de décision en Tunisie. 

Suivi et évaluation de la prise en compte de l’approche genre au sein de l’Assemblée des représentants du peuple 
 
Le  département de plaidoyer d’Aswat Nissa a suivi plusieurs Commissions parlementaires dont le travail est en rapport avec le secteur de la sécurité en Tunisie. Des  rapports  de suivi et d’évaluation visait ainsi à déterminer comment l’approche genre est intégrée au sein des discussions des Commissions relatives au secteur de la sécurité ont ainsi  été produits. En outre, ces documents  visaient aussi à déterminer la représentativité des femmes au sein de l’Assemblée des représentants du peuple et de ses organes (groupes parlementaires, commissions, etc.).  Les commissions étudiées étaient la Commission des finances, de la planification et du développement, la Commission de l’organisation de l’administration et des affaires armées, la Commission de la santé et des affaires sociales et la Commission spéciale Sécurité et défense. 
 

Ennos Bennos – النص بالنص

ENNOS BENNOS – ENNOS BENNOS

Ennos bennos est une campagne de plaidoyer, dans le cadre du programme régional Women on the Frontline pour une mise en œuvre égalitaire de la parité sur les listes électorales des partis politiques relative aux élections municipales.
A l’origine de cette campagne, un collectif d’associations dont le but premier est l’instauration des principes d’égalité et de parité sur les listes électorale municipales prévues en 2017.
Le collectif a rédigé une charte qui devra être ratifiée par tous les partis de la scène politiques tunisienne afin d’assurer, d’une part l’accès des femmes aux postes de prise de décision au sein de leurs partis respectifs, et d’élaborer des listes électorales en toutes transparence.
Un policy brief a été élaboré pour mener notre campagne de plaidoyer auprès des partis politiques et l’opinion publique.

Rédaction de la charte:

Réunion de la commission de rédaction de la charte « Pour une mise en oeuvre égalitaire de la parité dans les listes électorales lors des élections municipales ».

Réunions avec les partis politiques

L‘un des points les plus importants de la campagne de plaidoyer a reposé sur la collaboration entre les partis politiques et le collectif. Durant les 3 mois, nous avons donc rencontré plusieurs acteurs de la scène politique tunisienne qui se sont, pour la plus part, montrés favorables aux objectifs de la charte. Des réunions se sont tenues avec le leader du parti Afek, le porte-parole Al Joumhouri, la coordinatrice d la commissions femmes du parti Al Machrou3, des membres du secrétariat général du parti Al Masar, la coordinatrice de l’organisation Mousawat au sein du parti des travailleurs, la présidente du département de la femme au sein du parti Ennahdha et le responsable de la direction centrale des structures et de la mobilisation au sien du parti Nidaa Tounes.

La conférence de presse:

Le 23 décembre 2016, une conférence de presse a été organisée afin que les acteurs de la scène politique tunisienne signent la charte de la campagne devant une audience composée principalement de médias, de membres de la société civile et des partis politiques.
Le 23 décembre demeurera une journée historique pour la cause de la femme tunisienne et ce grâce aux contributions des 8 partis signataires de la charte:

  • M.Junaidi Abdeljawed et son parti Al Masar
  • Mme Amina Rekik et son parti Al Machrou3
  • Mme Tej El Molk Aouicha et son parti Al Joumhouri
  • Mme Ons Hattab et son parti Nidaa Tounes
  • Mme Wassila Zoghlami et son parti Ennahdha
  • M.Mouhamed Dheif et son parti Afek Tounes
  • Mme Thouraya Krichene et son parti Al Watad
  • Mme Radhia Amdouni et son parti Parti des Travailleurs

Totale démocratie

Campagne de plaidoyer sur la parité horizontale dans le code électoral des élections municipales intitulée la totale Démocratie

Suite une initiative de plaidoyer à la parité horizontale dans le code électoral des élections municipales avec des propositions en faveur des femmes, des jeunes et de personnes handicapées l’association droits à la différence. Aswat Nissa a rejoint une quarantaine d’associations nationales, régionales et internationales autour de cette initiative. Parmi les composantes du collectif, les partenaires de Women on the Frontline . En effet le travail de mobilisation a commencé depuis le mois de Mars, des Policy Biefs ont été élaborés par des experts juristes et militants.
Une grande conférence de presse a été organisée le 10 mai pour le lancement officiel de la campagne.
Aswat Nissa a bénéficié de l’appui de leurs contacts des partis politiques pour faciliter les rencontres avec les partis politiques , les députées et les commissions parlementaires et du bien fondé de la parité et sa contribution à une meilleure représentativité des femmes dans les postes de prise de décisions.
Tous ces efforts ont contribué à la réussite de la campagne et de convaincre les décideurs du bien fondé de la parité et sa contribution à une meilleure représentativité des femmes dans les postes de prise de décisions.
Cette campagne a contribué significativement à l’adoption de l’article relatif à la parité horizontale, voté le 15 juin 2016, à l’Assemblée des Représentants du Peuple avec 127 voix pour (soit 95%).